Bienvenue Chez ELemiah

Bienvenue Chez ELemiah


 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Bonjour a tous , si vous desirez une signature  donnez votre nomdans le forum de Noel  soyez pas gené  sa va me faire plaisir Elemiah  danjo et Simone bisouss

anipassion.com
Partagez | 
 

 la vie sexuelle

Aller en bas 
AuteurMessage
ANGEL ELEMIAH
administratrice et fondatrice
administratrice et fondatrice
avatar

Nombre de messages : 7851
Age : 44
Date d'inscription : 28/07/2006

MessageSujet: la vie sexuelle   Dim 18 Nov - 8:51



SI JE VO USPARLE DE SEXUALITÉ, PERSONNE OSE DEMANDÉ DES CHOSES
Esclave de votre vie sexuelle

Vous considérez excessives votre masturbation,
vos séries d'aventures d'un soir,
votre utilisation de matériel pornographique (revues, films, sites Internet, ...),
votre utilisation d'objets, la fréquentation de prostituées, etc.?
Si la réponse à ces trois questions est oui, il est possible que vous
fassiez partie de ces gens qui ont développé une dépendance sexuelle.
u'est-ce que la dépendance sexuelle?
Une personne dépendante de ses comportements sexuels vit
des obsessions
sexuelles

qu'elle perçoit comme étant incontrôlables et se sent incitée à les actualiser
par une impulsion insistante et inexplicable. Elle en vient alors de plus en plus à
consacrer son énergie, son temps et souvent son argent, à réaliser ses fantasmes
sexuels au détriment des autres aspects de sa vie amoureuse,
familiale, professionnelle.
En fait, elle se retrouve soumise à sa sexualité devenue
un besoin inassouvissable
entraînant la répétition inapaisable du comportement sexuel.

Plusieurs manifestations sont souvent rapportées par ces gens dépendants
1. Avec leur partenaire, ils ne parviennent pas à établir une relation sexuelle
saine et gratifiante.

2. Durant l'acte sexuel, ils expérimentent un état mental vécu comme
une déréalisation de l'environnement.

3. Malgré le fait qu'ils se promettent de mettre un terme à leur conduite
sexuellement compulsive, ils deviennent de plus en plus
dépourvus face à leurs


comportements.

Ils en viennent à mener leur vie en fonction de ce seul but:
assouvir leurs besoins
sexuels et satisfaire cette dépendance.

4. Ils passent progressivement par différentes étapes
qui font en sorte qu'ils négligent
de plus en plus leur famille, leurs amis et leur travail.
En fait, les divers contacts
sexuels répétés et exempts d'investissement affectif font
en sorte qu'ils s'éloignent
de tous ceux qui n'entrent pas dans leur cycle de dépendance.

5. Leur vie secrète devient plus réelle que leur vie publique. Souvent,
les comportements sexuels dépendants sont vécus comme
étant les seuls ayant une réalité
. alors que les autres secteurs de la vie apparaissent «vides» ou artificiels.

6. La culpabilité vécue, associée à la dépendance, fait en sorte
qu'ils la cachent à leur
entourage. Souvent ils trouvent diverses justifications à leurs c
omportements
ou encore les nient et rejettent sur les autres les difficultés
qui en résultent.
De plus, ils se sentent inadéquats.

En fait, la sexualité devient souvent pour ces gens dépendants le seul moyen d'adaptation pour fuir un malaise, un stress, une angoisse au même titre
que l'alcool et les drogues sont utilisés
comme une solution magique ayant le pouvoir de conjurer les
émotions et les sentiments troublants pour les alcooliques et les toxicomanes.
C'est ce qui expliquerait le transfert de dépendance fréquent pour
plusieurs qui, lorsqu'ils arrêtent de consommer, deviennent dépendants
sexuellement.


Il est important aussi de mentionner que la sexualité étant devenue pour eux un ob
jet de soumission, plusieurs en arrivent à prendre des risques de plus
en plus importants
pour leur santé, par exemple au niveau de comportements irresponsables
face au sida et au VIH.

À la lumière des informations précédentes, nous pouvons constater qu'il est faux
de penser que ces gens ont une vie sexuellement satisfaisante
. En fait, celle-ci est plutôt
une source de honte, de culpabilité et de souffrance. Ainsi, plusieurs croient
qu'ils sont fondamentalement des personnes sans valeur, mauvaises,
et que personne ne peut
les aimer comme ils sont, que la sexualité est leur besoin le plus important,
que jamais leurs besoins ne seront satisfaits, etc.

Souvent, ces personnes sexuellement dépendantes sont très malheureuses
et elles ont l'impression qu'il n'y a pas de lumière au bout du tunnel...
Mais c'est faux, i
l est possible de s'en sortir. Et il existe plusieurs ressources pouvant les aider.




NOUVELLES

L'alcool, un stimulant sexuel

Prendre quelques bières entre amis, une coupe de porto entre amoureux
ou encor
e vider une bouteille de whisky en solitaire engendre nécessairement
des changements au niveau de nos comportements.
L'alcool est souvent perçu comme un aphrodisiaque,
mais qu'en est-il réellement?

La consommation modérée, un aphrodisiaque?

Une consommation modérée d'alcool peut accroître le désir sexuel,
mais attention,
à forte dose, le résultat est tout à fait à l'inverse!
L'effet stimulant de l'alcool
sur la sexualité vient, entre autres, de son effet libérateur
sur les inhibitions,
c'est-à-dire que l'alcool aide à surpasser certains interdits. E
n percevant
ceux-ci comme moins menaçants, les fantasmes peuvent occuper une plus
grande place dans l'imaginaire et ainsi intensifier le désir sexuel.
On note également une diminution de l'anxiété qui peut contribuer
à surmonter plus facilement la timidité devant la séduction, à se sentir plus
confortable dans les relations intimes et par le fait même à être
plus à l'aise pour s'abandonner pendant les rencontres sexuelles.

ette facilité accrue à se laisser aller pourrait possiblement explique
aussi le fait que
certaines femmes disent ressentir des orgasmes plus intenses sous l'influence
de l'alcool, même si cela demande souvent une stimulation prolongée.
La diminution des perceptions sensorielles est également un effet connu
de l'alcool pouvant influencer la maîtrise des réactions sexuelles,
comme l'éjaculation. Alors, le désir peut vraisemblablement être accru,
cependant la performance peut laisser à désirer!

Consommation abusive
Avec l'alcool, les inhibitions peuvent être dépassées mais également outrepassées,
selon la quantité consommée et le niveau de tolérance de chacun.
Sous l'effet d'une trop grande consommation d'alcool, le plaisir
et l'intérêt sexuel
cèdent plutôt la place à de nombreux sentiments désagréables accompagnés
de différentes difficultés sexuelles. L'impact majeur
de la consommation a
busive se situe au niveau de la capacité érectile. En effet, plus la

consommation d'alcool est importante, plus les difficultés érectiles
le sont également
. L'abus d'alcool implique un plus long délai avant l'obtention
d'une érection rigide
, une difficulté à la maintenir ainsi qu'une éjaculation et un orgasme moin
s satisfaisants nécessitant une stimulation prolongée.



Alcoolisme

À long terme, en plus des difficultés érectiles mentionnées plus haut
, l'alcoolisme
peut engendrer une féminisation de l'homme (augmentation du volume À
des seins
, diminution de la pilosité et atrophie des testicules).
Une diminution du désir,
de l'excitation et de la satisfaction sexuelle est
également observée
chez les deux sexes.


Êtes-vous en panne de désir

désir sexuel, c'est un état, une énergie psycho-biologique qui précède
et entraîne un
comportement sexuel. Au même titre que toutes les autres énergies
qui sont en nous,
on peut donc la stimuler, la réveiller au besoin ou la maintenir en forme.
Différents moyens sont à votre portée.

Le cadre de porte «érotique»
Le désir sexuel, c'est comme une plante : si on ne l'entretient pas, s
i on n'en prend pas soin,
elle sèche. Or, la meilleure façon de le garder vivant,
c'est de s'y adonner
. Je m'explique. Je connais plusieurs couples qui sont ensemble,
sans l'être.
Monsieur est devant la télévision ou son ordinateur et madame
est plongée
dans son livre ou son téléroman. Puis vient l'heure d'aller se coucher.
Plusieurs de ces couples pensent qu'ils ont un «cadre de porte érotique» e
t qu'il suqu'il suffit de le passer et d'être dans le lit ensemble pour que
le désir jaillisse.
Il arrive que c'est ainsi, mais généralement il est fort préférable etagréable de
se placer dans les dispositions pour recevoir l'autre et vice versa.



Il n'est pas nécessaire de changer toutes nos activités pour avoir du désir,
mais de le laisser sous-entendre à l'autre avant d'être au lit aide beaucoup.
Les petites attentions, les gentillesses, les mots tendres, les becs
dans le cou en passant attisent autant le désir de l'autre que le nôtre.
On a à se dégager de l'idée que l'autre veut nous avoir par ses gentillesses
. Cette idée vient tout gâcher et généraleme
nt elle est fausse.
On n'attire pas les mouches avec du vinaigre. Cela est très vrai au niveau
de la vie à deux et particulièrement quand il est question du désir sexuel.

Les sorties à deux
a
Lorsqu'on travaille tous les deux et que le soir on a à s'occuper des enfants
et des tâches ménagères; lorsqu'on se retrouve ensemble uniquemen
t pour écouter les nouvelles et qu'après la bise de «Bonne nuit»
, on se tourne chacun de son côté; lorsque les fins de semaine o
n est pris à faire les courses et le taxi pour les enfants et que, l
e samedi soir, on rencontre des amis pour le souper et pour jouer aux cartes;
en un mot lorsque nos moments d'intimité à deux sont rares
ou vécus à la sauvette, il est très normal que le désir sexuel
soit très limité sinon absent.

Chez la majorité des femmes, le désir sexuel suit le sentiment d'être amoureuse

, nécessite du temps et de la complicité. Or les sorties à deux, sans amis
et sans enfants,
sont des moments privilégiés pour se sentir proches l'un de l'autre.
Vous ne l'avez pas fait depuis longtemps et vous ne savez plus quoi vous dire
? Eh bien, tentez d'expliquer à l'autre votre sentiment de malaise,
votre désir d
e vous rapprocher et vous verrez comment déjà vous
vous êtes rapprochés
. Il n'est pas non plus nécessaire de faire des grandes sorties coûteuses
pour goûter le temps à deux : quand pour la dernière fois
, avez-vous fait un pique-nique à deux? quand êtes-vous
allés patiner
ou à bicyclette? quand êtes-vous allés marcher
en vous prenant la main ou la taille?



: :




_________________

















Bonjour mes ami(e)s tous ceux qui veulent une signature de NOEL ,Laissez votre nom ici


http://loulouange.centerblog.net/
http://creationangelelemiah.graphforum.com/index.htm
http://angelelemiah.superforum.fr/


Dernière édition par le Dim 18 Nov - 8:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://loulouange.centerblog.net
ANGEL ELEMIAH
administratrice et fondatrice
administratrice et fondatrice
avatar

Nombre de messages : 7851
Age : 44
Date d'inscription : 28/07/2006

MessageSujet: LE COUP DE FOUDRE HUMM   Dim 18 Nov - 8:53


NOUVELLES

Caresse-moi comme avant




Ah! le plaisir d'une douce caresse... qu'on la donne ou qu'on la reçoive,
le plus
important c'est de ne pas oublier qu'elle existe et de ne pas s'en priver.

Avons-nous oublié le sens du toucher?

Quand on parle de sexualité, le sens du toucher revêt une grande importance.

Toucher son partenaire, c'est un moyen de communique
r de la tendresse et de l'amour.
C'est transmettre son besoin d'intimité et de rapprochement.
Le toucher est une forme de communication en soi.
La sexualité ne se résume
donc pas à la pénétration et à l'orgasme; la sensualité
et le toucher
en sont également des aspects primordiaux.
Souvent, au début de leur relation, les partenaires se touchent
et se caressent fréquemment. Ils consacrent du temps à la sensualité,
ils apprennent à mieux se connaître et à s'apprécier. Cependant
, quand le couple est stable et que la période des premières
fréquentations est passée, il arrive que les caresses pour
le seul plaisir des caresses deviennent de plus en plus rares.
Il est même possible que les caresses soient de plus en plus limitées
durant les relations sexuelles qui finalement se résumeraient
à la pénétration. Certains en viennent à ne plus se toucher et s
e demandent alors pourquoi leur sexualité est devenue monotone
et insatisfaisante. Les caresses sont parties prenantes de la
sexualité et ne doivent pas avoir qu'une connotation sexuelle
. La sensualité par le toucher doit aussi exister en dehors de la sexualité.

Caresse-moi, rien de plus

On se méprend parfois sur nos désirs véritables, nos besoins profonds.
Ainsi,
on peut simplement éprouver le désir d'être proche de quelqu'un,
d'être caressé
tendrement par cette personne, d'être touché par elle,
mais on propose plutôt
d'avoir une relation sexuelle. Les risques de ressentir
une grande insatisfaction
se multiplient alors, car nos besoins profonds n'ont pas été comblés.
Et pourquoi? Parce qu'on confond sexualité et toucher
. Dans notre société,
on pense à tort que le toucher n'est possible, voire acceptable,
que dans le contexte d'une relation sexuelle. Il est devenu implicite qu'en
l'absence d'une telle relation, le toucher ne sert à rien.
On a souvent l'impression que nos gestes doivent absolumen
t conduire à une
relation sexuelle, sans quoi l'expérience est incomplète.

Ai-je besoin de sexualité?
Lorsqu'on est convié à un repas composé de plusieurs services,
est-ce qu'on vise
à en finir au plus vite avec les premiers plats pour avoir le dessert?
Bien sûr
que non! On peut profiter de l'entrée et du mets principal sans se précipiter
sur le dessert.
De même, en matière de sexualité, on ne devrait pas se concentrer
sur l'orgasme
au détriment des caresses et des «préliminaires». O
n peut même aller plus loin et se poser la question:
le dessert est-il toujours
obligatoire ou peut-on être rassasié et satisfait avec le
plat principal seulement?
Ou même avec l'entrée simplement? Ces questions valent aussi en matière
de sensualité et de sexualité; il n'y a pas d'obligation à avoi
r une relation sexuelle si notre besoin est d'être caressé.

Certains couples, pour qui le toucher est lié à la sexualité,
se privent
de touchers sensuels, s'empêchent de se toucher mutuellement, s
'ils n'ont pas la certitude que l'expérience se terminera par
une relation sexuelle.
Chez ces couples, qui associent toucher et sexualité, l
'absence d'une relation sexuelle e
mpêche le toucher, ce qui peut avoir un effet extrêmement négatif
. Prenons, par exemple,
le cas d'une personne malade qui, en raison de son état physique
, ne peut (ou ne veut) pas avoir de relations sexuelles.

Néanmoins, son besoin de toucher et d'être touchée peut
encore se manifester.
Il est possible qu'elle ait besoin du réconfort psychologique que procurent
les caresses pour l'aider à traverser la convalescence
. Priver cette personne
de ce réconfort ne fait qu'ajouter à la difficulté qu'elle vit déjà.

Finalement, il faut bien admettre que limiter le toucher à la sexualité,
c'est limiter
les plaisirs que l'on peut ressentir. La sensualité procure des plaisirs certains,
même s'ils diffèrent du plaisir sexuel proprement dit
. Comme nous l'avons mentionné, i
l convient de ne pas oublier que les touchers et les caresses sont aussi
un aspect important de la sexualité.
. Blanchette est sexologue clinicien et psychothérapeute.
Il est membre de l'Association des sexologues du Québec.


: :

e coup de foudre expliqué
: :
Par Robert Brisebois, auteur et conférencier -
: :


Heureux sont ceux qui ont connu le coup de foudre. Frappées par ce
mystérieux phénomène,

elles en gardent un souvenir inaltérable, autant par sa force que par À
son mystère.
Récemment, des scientifiques ont fait une découverte qui pourrait
bien expliquer
cet énigmatique phénomène.
: :
Un simple nerf! : :
: :
Inutile de chercher dans vos livres de biologie ou de neurologie,
car le grand responsable
du coup de foudre était demeuré caché jusqu'à tout récemment.
Ce petit cachottier, s'appelle le nerf terminal ou nerf zéro.
Il s'agit d'un petit nerf
qui sort de la base du crâne et qui se termine dans le nez.
Gand responsable
r
de l'attraction sexuelle subliminale, il serait sensible
à certaines phéromones
et aurait un rôle capital dans nos réactions sexuelles.
rveux humain ait été complétée depuis plus de cent ans, ce petit nerf -
le nerf terminal -
était demeuré dans l'ombre, tantôt perçu comme un prolongement
du nerf olfactif
, tantôt comme une partie atrophiée de nos sens,
ar les scientifiques ne lui trouvaient
aucune utilité. C'est en disséquant un dauphin que Douglas Field1
a pu faire la lumière
sur le nerf zéro. Les dauphins n'ayant pas d'odorat, si le nerf terminal avait été
une partie du système olfactif, il aurait dû être absent comme
tout le reste du système
olfactif chez les dauphins. Or, le petit nerf blanc en question,
directement axé
vers le cerveau du dauphin, y était intact après des années
d'évolution sans sens de l'odorat.
Ce qui signifie que le nerf terminal a définitivement un rôle distinct à jouer puisque
le dauphin l'a conservé au fil de son évolution malgré qu'il ait abandonné l'odorat.
: :
Mais que fait le nerf terminal?
: :
Il semblerait que ce nerf - aussi présent chez les humains -
soit sensible à certains messages
transmis par les phéromones, messages qui nous indiqueraient que l
a personne
qui les émet possède un ensemble de gènes propices à une
reproduction efficace
avec la personne qui les perçoit. De plus, ce nerf serait
en mesure de déceler
des messages hormonaux négatifs, suggérant que l'émetteur n'est pas
compatible au récepteur, ses gênes étant trop semblables e
t risquant de provoquer une descendance qui aurait des
anomalies congénitales.
Alors, pourquoi le coup de foudre? Ces messages pourraient simplement
nous faire préférer un partenaire plutôt qu'un autre
. C'est que le nerf zéro ne passe pas par la moelle épinière c
omme la plupart
des autres nerfs et que, en conséquence, ses informations atteignent
le cerveau sans passer par le cortex cérébral où naît la conscience
. Donc, l'information reçue par le nerf terminal n'est pas filtrée
par la conscience, créant un impact foudroyant, nous faisant ainsi.
.. perdre la tête!
: :
1. Un simple nerf
2.( L'histoire de Louise)PERSONNE VA LA SAVOIR HIHIHI

: :
PS.JE VIS DE COUP DE FOUDRE

: :


_________________

















Bonjour mes ami(e)s tous ceux qui veulent une signature de NOEL ,Laissez votre nom ici


http://loulouange.centerblog.net/
http://creationangelelemiah.graphforum.com/index.htm
http://angelelemiah.superforum.fr/
Revenir en haut Aller en bas
http://loulouange.centerblog.net
 
la vie sexuelle
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue Chez ELemiah :: Le coin lecture :: Psychologie-
Sauter vers: